Logos, Ethos, Pathos à la croisée des corpus.

Catégorie
Date
-
Date limite d'inscription

« Logos, Ethos, Pathos à la croisée des corpus. »

Octobre 2013 (date encore non précisée)

Appel à communication

Nombreux sont les travaux en littérature comme en linguistique qui abordent les textes à la lumière des notions de logos, ethos et pathos. Ce sont des notions très anciennes, héritage de la rhétorique, que les sciences du langage et les théories de la littérature réactivent sous un éclairage épistémique nouveau. Nous pensons entre autres aux théories de l’argumentation. Souvent ces études s’inscrivent dans des cadres conceptuels et méthodologiques hétérogènes en rapport à la pluri dimensionnalité qui caractérise les matériaux textuels analysés.
Confrontés à la matérialité langagière des corpus, on s’aperçoit que, bien que distinctes conceptuellement, il est très difficile à la fois de maintenir ces notions séparées dans leur singularité et de les aborder dans leur inter-détermination. D’autant plus que si la notion de logos est celle qui semble la mieux identifiable, celles de pathos et de ethos résistent à la caractérisation. S’ajoutent à cela la difficulté d’aborder des corpus où la matérialité discursive est pluri-codique (par exemple texte image, audio) : les trois dimensions (logos, ethos, pathos) sont investies différemment en fonction de la nature des textes, leur type et leur finalité.
C’est l’articulation de ces trois notions, telles qu’elles opèrent dans la signification, qui nous interpelle. Il s’agit d’interroger, à l’épreuve de corpus, les modalités méthodologiques (critères opératoires) qui permettent de circonscrire les rapports complexes entretenus entre ces trois notions telles qu’elles agissent en interaction avec la pluralité textuelle et la pluri-codicité langagière. Comment identifier les éléments langagiers qui y renvoient? Selon quels critères et quelles régularités fonctionnelles ?
Axes de recherche :
1. épistémologie : articulation conceptuelle des définitions des trois notions.
2. méthodologie : critères et modalités d’identification et de caractérisation
3. Interroger les rapports complexes entre Logos, ethos, pathos et la typologie textuelle et discursive.
4. Réception.

Références bibliographiques

Adam, J.-M., M.Bonhomme, 2003. L ‘argumentation publicitaire. Rhétorique de l’éloge et de la persuasion, Paris : Nathan.

Amossy Ruth. L’argumentation dans le discours, Paris, Nathan, 2000.

Amossy, Ruth . Images de soi dans le discours. La contradiction de l'éthos. Lausanne, Delachaux et Niestlé, 1999.

Barthes, Roland . L’ancienne rhétorique. In :Communications, no 16 , 1996.

Doury Marianne , Moirand Sophie. L’argumentation aujourd’hui. Positions théoriques en confrontation,Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle , 2004.

Maingueneau, Dominique. Le contexte de l' œuvre littéraire.-- Paris : Dunod, 1992

Matthieu-Castellani Gisèle . La rhétorique des passions, Paris, PUF,2000.

Plantin Christian, DOURY Marianne et Véronique TRAVERSO, Les émotions dans les interactions,Lyon, PUL, 2000.

Vergnières, Solange. Ethique et
politique chez Aristote : «physis», «éthos», «nomos».-Paris, PUF, 1995.

Comité d’organisation :

Derridj Mélissa, Karrah Lamia, Oulebsir Fadila , Immoune Youcef

Coordinateur : M. Youcef IMMOUNE

Envoi de propositions :

Les propositions de communication seront envoyées par voie électronique avant le 30 juin 2013 dernier délai, aux adresses suivantes : youcefimmoune@yahoo.fr; melissaderridj1@yahoo.fr; karrah.lamia@gmail.com, oulfadila@yahoo.fr.

Elles comporteront les éléments suivants :

- Prénom et nom de l’auteur ou des auteurs, lieu d’exercice et laboratoire de rattachement, courriel, en haut à gauche et en caractère gras (police Times New

Roman, 12).

- L’axe thématique dans lequel s’inscrit la contribution, le titre de la communication, au centre et en caractères gras.

- Un résumé de la communication entre 2500 signes minimum (espaces compris) et 4000 signes maximum (espaces compris) accompagné d’une bibliographie.

- La police requise est Times New Roman, 12, interligne 1,5, paragraphes justifiés, pas de caractère gras.

Courriel